Média Paris Saclay, 1er septembre 2020

Réza est Afghan. Comme bien d’autres de ses compatriotes, il a dû fuir son pays pour échapper à la mort… Quitte à risquer de la croiser à maintes reprises au cours du long parcours qui devait le conduire jusqu’en France, dans la Vallée de Chevreuse… Avec la complicité de Martine Debiesse, il en fait le récit. Edifiant.

C’est le livre qui nous a permis de traverser la période de confinement avec philosophie. Car, une telle expérience,  Réza Rézaï, celui dont il retrace le parcours, l’a vécue aussi, à maintes reprises, mais dans des conditions autrement plus terribles (comme dans ce conteneur de 6 m2, à subir des séances de torture, ou dans ces cachettes à attendre les consignes de passeurs…).

Car, on l’aura compris, Réza est un de ces migrants ayant franchi des milliers de km à leurs risques et périls, mais pour fuir un pays qui n’a que la guerre pour paysage. Des hommes et des femmes dont on croit tout savoir depuis qu’ils ont été placés sous les feux de l’actualité, à défaut d’un lieu hospitalier. A la lecture de Seul face à l’exil, on mesure à quel point on est... Pour lire la suite de ce très bel article de Sylvain Allemand, cliquez ICI 


Le Parisien, 22 mars 2020